jeudi, avril 20, 2006

Rencontre au sommet

Au cours de leur formation, il revient aux élèves conservateurs de l'Enssib d'organiser une journée d'étude. Dans ce but, un petit groupe d'entre eux du DCB 14 proposait aujourd'hui de s'intéresser au numérique dans les bibliothèques, une journée intitulée : "e-bibliothèques / e-bibliothécaires : Journée d’étude consacrée aux technologies du numérique dans les bibliothèques".



C'est Manue qui m'avait gentiment informé de cette journée au programme intéressant : la matinée était consacrée à des présentations sur les archives ouvertes, la préservation des documents numériques, les portails documentaires et l'après-midi une table ronde était réunie autour des biblioblogs. Les conservateurs avaient d'ailleurs bien fait les choses qui nous proposaient dès le 11 avril dernier les présentations de chacune des interventions et une synthèse très intéressante sur les blogs en bibliothèque.

Sinècrement cependant je voyais surtout dans cette partie une occasion unique de rencontrer, revoir ou découvrir, les grands noms de la biblioblogosphère française. En effet, aux côté de Manue de Figoblog se trouvaient Marlène Delhaye (Marlène's corner), Nicolas Morin (Notes Pro), Jean-Charles Houpier (JC Blog), Sylvie Chevillotte (Blog Formist) et Eric Varon qui maintient le blog de la BIUP. Le rassemblement de ces quelques noms est déjà impressionnant, mais dans la salle se trouvaient également Zaphir, Rock the Enssib, Everitouthèque (seul blog de lecture publique présent, à ma connaissance) et ... Vagabondages bien sûr ^^.

Je ne reviendrais pas sur les interventions de la journée, par ailleurs déjà en ligne. Nos élèves avaient en effet tout prévu et, en plus d'avoir bien organisé la journée dans l'ensemble de son déroulement, ont tenu à alimenter en temps réel leur propre blog événementiel, au fur et à mesure des thèmes abordés et des présentations exposées. Les billets postés tout au long de la journée rapportent donc le contenu des interventions, des débats, complétés des photos des intervenants et d'illustrations, les questions dans la salle étant parfois reprises dans les commentaires, en plus des commentaires des lecteurs du blog.

Ce que je retiens cependant de la matinée est l'affirmation des intervenants selon lesquels, finalement, le métier de bibliothécaire ne change pas fondamentalement dans sa dimension électronique, même si le e-bibliothécaire se doit d'embrasser et comprendre la complexité intrinsèque du document, dans ses dimensions logique et physique, peut-être plus encore que pour un document papier, ce qui transparaît notamment lorsque se posent des questions liées à sa conservation. Mais on retrouve dans cet aspect du métier les nécessités plus habituelles de connaître les principes bibliothéconomiques, respecter des normes, mener une politique documentaire et surtout reconnaître l'importance de la veille.

Cette veille, finalement, fut le fil directeur de la journée, tant fut répétée l'importance pour nous, professionnels de l'information, de nous tenir au courant des rapides évolutions qui peuvent subvenir dans ces domaines numériques en éternels devenir, glissements, mutations, progressions. Par delà, Manue expliquait qu'il est de notre rôle de savoir accompagner ces changements, au sein de notre établissement mais pas uniquement, à l'intention de l'ensemble de la profession. Accompagner et former, transmettre ces savoirs.

Veiller, transmettre sont bien sûr moteurs et enjeux des blogs. A ce titre, la table ronde fut très intéressante qui a soulevé certaines problématiques incoutournable sur la pratique même du blog dans ses questions juridiques et ses pratiques professionnelles : que signifie "bloguer" pour un bibliothécaire ?

Deux tendances semblaient se détacher parmi les intervenants. La première développait une approche très personnelle du blog, avec le besoin d'avoir un espace de travail à soi, un bloc-notes pro dans lequel on transcrit ses réflexions, analyses, compte-rendus, on met de côté des liens remarquables, des informations sur lesquelles on reviendra plus tard. La seconde se posait plus dans une approche communicationnelle, de transmission de l'information. Marlène expliquait à ce sujet qu'elle ne trouvait pas en France l'équivalent de ce qui était au Etats-Unis en matière de transmission d'information, d'études spécialisées, et qu'il lui avait alors semblé logique de le faire elle-même, en ouvrant un blog. Et puis, l'outil -qui au demeurant reste un outil, au côté des autres moyens d'information et de communication déjà préexistants- se développe seul. De tout cela découle que la pratique de bloguer est une pratique fluide, qui se passe de toute reconnaissance institutionnelle, voire qui permet un contact plus simple, hors de toute pesanteur institutionnelle et administrative.

Et pourtant, paradoxalement presque, nos amis blogueurs concédaient qu'ils avaient très peu de commentaires et donc, finalement peu de retour sur leurs billets et leur pratique. Une manière de reparler d'une autre question récurente au cours de cette après-midi, celle du lectorat et de l'intention. Les bibliothécaires apparemment commentent peu mais peut-être leurs billets appellent-ils moins de commentaires également. Les statistiques de ce point de vue demeurent incomplètes, même si elles montrent justement qu'on est lu, ce qui peut induire un certain sentiment d'obligation à animer le blog. Sylvie Chevillotte se demandait à ce propos si on pouvait ne publier qu'une fois tous les quinze jours, ou si on se devait d'alimenter régulièrement. Je répondrais qu'à mon sens on peut effectivement laisser plusieurs jours sans publier de billets. je pense par ailleurs que la tenue d'un blog ne saurait être coercitive, mais demeurer un plaisir, sinon elle perd tout son intérêt et devient terne, peu amène et partant peu efficace.

Je ne veux pas reprendre les interventions de manière plus détaillée. Au besoin, je pourrais le faire, au su de mes abondantes notes, mais je pense que ce ne sera pas nécesaire. Je me resservirai probablement de certaines pistes de réflexion pour des billets futurs. En vrac, certaines thématiques ont retenu mon attention comme la présence de la tutelle, la volonté sous-jacente à la tenue d'un blog, et notamment politique, le côté humain aussi. Nous n'avons pas trop développé non plus tout ce qui est représentation, les images que les collègues notamment peuvent porter sur le blog (qui blogue ne travaille pas quand bien même il ferait de la veille), le côté formation également.

Je voudrais néanmoins terminer par une touche plus personnelle. Dire combien j'ai été enchanté particulièrement de rencontrer Manue et Zaphir comme de revoir Marlène et Nicolas. Rencontrer Claire aussi à qui je dois beaucoup. Dire enfin combien j'ai été satisfait de ces rencontres.

J'ai de la chance. J'ai un travail que j'adore, dans un domaine de compétence qui me passionne. Par delà, je manie des outils passionnants aux possibilités encore à découvrir (et ce qui a été évoqué avec l'utilisation nouvelle des blogs par des bibliothèques municipales entre autres), et suis en contact avec des collègues passionnés avec lesquels j'ai plaisir à échanger. On se permet également de me traiter de bibliogeek pour quelques t-shirts et artefacts ^_^ . Je crois qu'à ce stade, c'est fichu, je ne pourrais plus faire un autre travail. Dites, c'est grave docteur ?

2 Commentaire-s :

Anonymous Cecline a dit...

Je crois qu'en ce qui concerne les commentaires, c'est une pratique qui n'est pas encore entré dans les moeurs. Les gens n'ont pas l'habitude de réagir à un billet même s'il leur parle et de partager les informations qu'ils détiennent.

4/20/2006 01:25:00 PM    
Anonymous Anonyme a dit...

...J’ajouterais que certains apprennent beaucoup en lisant ces billets mais n’ont pas forcément de commentaires à soumettre. Peut être de peur de ne pas être suffisamment pertinents… ^_^

4/27/2006 11:21:00 AM    

Enregistrer un commentaire

rétroliens :

Créer un lien

<< Home