jeudi, novembre 16, 2006

Soyez patriotes...

C'est par ces mots que commence le dernier billet pubié sur le blog "Parallèles", le blog d'"un universitaire français expatrié aux Etats-Unis".

Il y montre une vidéo dans laquelle un étudiant refuse de montrer sa carte d'étudiant à l'entrée de la bibliothèque universitaire de l'UCLA en plein Patriot Act. Le Patriot Act, adopté le 24 octobre 2001, contient en effet une disposition, intitulée la section 215, qui autorise le FBI à exiger de toute personne physique ou morale (par exemple des bibliothèques, des fournisseurs d’accès internet, des hôpitaux, etc.) qu’elle lui produise « toute chose tangible » (y compris des fichiers automatisés) dès lors qu’il lui est précisé que cet ordre est pris dans le cadre d’une enquête de lutte contre le terrorisme international ou des activités d’espionnage (cf ce dossier de l'American Civil Liberties Union). En vertu de cette disposition, le FBI n’a pas besoin, pour ce faire, de démontrer qu’il existe une « cause probable » ou une raison avérée de croire que la personne sur laquelle sont effectuées des recherches a commis un acte ou a exercé des activités répréhensibles. Par ailleurs, les sociétés dont les fichiers ont fait l’objet d’un tel ordre ont l’interdiction d’en informer les personnes concernées dont les données ont pu être consultées.



Notre étudiant s'est donc fait non seulement refoulé mais aussi considéré comme un terroriste potentiel et donc maîtrisé. Avant de nous en montrer la scène sur une vidéo que je vous invite à consulter sur son blog, Parallèles commente :
Le “Patriot Act” en action. Cet étudiant à UCLA refuse de montrer sa carte d’étudiant à l’entrée d’une des bibliothèques de l’université, résultat: il reçoit au total 5 électrochocs par “taser” (vous savez, ces jolis pistolets électriques que Sarkozy adore). La seule chose rassurante dans tout ça est que d’autres étudiants se lèvent et protestent, demandent leur numéro aux policiers, même s’il n’arrivent pas à leur enlever l’étudiant des mains. Notez d’ailleurs vers la fin ce que dit un des policiers à l’un d’entre eux: “Now go away or you’ll get tasered too!” Notez aussi que l’étudiant reçoit des électrochocs parce qu’il “refuse” de se lever. Quand on sait que l’électrochoc paralyse les muscles…
.



Sur LisNews on trouve cette couverture :
Corrine writes "A student was asked to present ID in the Powell Library computer lab. Upon his failure to do so, he was asked to leave and did not immediately do so. Police Officers were called in, and as he was leaving, he was grabbed and tasered. The entire incident was caught on a video camera phone. You can read the full story and see the video here." Video also at YouTube. Aside from the funny home videos, YouTube has made news before for exposing (POSSIBLE) policy brutality and intimidation (or even JiffyLube antics). The University of California Police Department said: "All use of force incidents require an administrative review, which is currently under way."
.

1 Commentaire-s :

Anonymous Tibo a dit...

Ils sont qd meme assez bourrins decidement...
Et c est vrai que lui remettre un petit coup de taser pour qu il se releve...
Misere...
Bon reportage en tout cas...
T.

11/22/2006 05:10:00 PM    

Enregistrer un commentaire

rétroliens :

Créer un lien

<< Home