vendredi, novembre 03, 2006

Architecture livresque

Le président turkmène Saparmyrat Ataýewiç Nyýazow est connu pour avoir instauré en son pays un véritable culte autour de sa personnalité entre autres en affichant son portrait un peu partout dans le pays, sur les billets de banques, et fait édifier des statues à son effigie et à celle de sa mère dans tous le pays. La plus connue, plaquée d'or, se trouve au sommet du plus haut bâtiment d'Achgabat, l'Arche de la Neutralité, et pivote sur elle-même afin d'être toujours orientée vers le soleil.

Son rapport aux livres n'est pas dénué d'ironie : les -rares- bibliothèques -encore ouvertes- se sont vidées de leurs contenus, les écoles de leurs manuels au profit du Ruhnama, ou Livre de l'Âme, mélange d'histoire révisionniste et de lignes de conduites morales qui a pour vocation d'être le « guide spirituel de la nation » et à propos duquel le turkmenbachi a déclaré : «Celui qui par trois fois lira le Ruhnama trouvera une richesse spirituelle, deviendra plus intelligent, reconnaîtra l'existence divine et ira directement au paradis». Rien que cela.

Non dénué d'un certain sens du paradoxe, l'homme vient également d'inaugurer un édifice impressionnant dédié aux médias et à la liberté de la presse à l'occasion du 15eme anniversaire de l'indépendance du Turkménistan, le 24 octobre dernier. D'un coût de 17 millions de dollar, cette "maison de la liberté créatrice" accueillera en effet les bureaux des organes de presse contrôlés par le gouvernement.



Cet art qui consiste à reproduire et exprimer dans la forme de l'édifice sa fonction ou son identité est appelé "architecture parlante" et existe depuis la Révolution où le concept est lié aux travaux notamment de Étienne-Louis Boullée et de Claude Nicolas Ledoux. Il ne quittait guère les plans alors et la construction des bâtiment ne fut vraiment rendu possible qu'avec l'apport du béton.

Pour rester dans le monde des livres, on peut citer bien évidemment la Bibliothèque nationale de France, construite par Dominique Perrault entre 1989 et 1996,



mais également la future bibliothèque de Dubaï qui devrait être construite sur les bords du lagon Al Mamzar : selon Essa Al Maidour, assistant du directeur en charge de ces projets à la municipalité, "The main activities of the library would concentrate on the middle part of the building where natural lighting from all part would light up the entire area. The basement would be dedicated for parking which will accommodate as many as 1000 cars. Other facilities of the central library will include administrative and technical sections, reading halls, service areas, children's library, business library, exhibitions and conference centre, and training halls," Essa Al Maidour ajoute ensuite que the central library would consist of over 1.72 million books and other library materials including CDs and audio-video cassettes." Le début des travaux est prévu pour 2007.



A Leipzig, la City-Hochaus s'élève à 142.5 mètres, et se trouve le plus grand bâtiment de la ville et le plus grand édifice datant de l'ancienne Allemagne de l'Est. Imaginée par l'architecte Hermann Henselmann en forme de livre ouvert, la tour fut construite entre 1968 and 1972 et appartenait à l'origine à l'Université de Leipzig sur l'Augustusplatz. Le bâtiment fut complètement rénové entre 1999 et 2002 et renferme depuis les bureaux de la chaîne de télévision Mitteldeutscher Rundfunk et un restaurant panoramique.



Enfin, pour les cinéphiles, le film Zoolander (2001) racontant l'histoire d'un ancien mannequin à qui un méchant fait un lavage de cerveau en vue de tuer le premier ministre malais en visite à New York, ce film donc présente une école rappelant le bâtiment turkmène.



Bon week-end :)

0 Commentaire-s :

Enregistrer un commentaire

rétroliens :

Créer un lien

<< Home