vendredi, avril 22, 2005

Cartes pas à collectionner

Les Bloggeurs se retrouvent et se reconnaissent. Même le magazine Wired en parle, rapporte Pointblog, qui a consacré un article (en anglais, of course) au phénomène des blogs français, si, si. Il y est reconnu l'attrait particulier des français pour ce nouveau media, incomparé au sein de l'Union.

Ainsi s'est-il organisé le 13 avril dernier une grande soirée entre blogueurs parisiens appelée "Paris Blogue-t-il?" : A l’initiative des premiers blogs citoyens et de quartier Paris14.info, 13 Esprit Village et Eiffel Suffren, en partenariat avec le webring ParisBlog, l'annuaire BlogArea et Culture-Buzz, Paris blogue-til ? est une invitation conviviale visant à réunir tous les voisins de la blogosphère parisienne à l’Entrepôt le mercredi 13 avril à partir de 19h30. Au cours de la soirée, près de 210 blogueurs se sont retrouvés venus de tous les arondissements parisiens et des départements environnants (haut-de-seine, Seine-et-Marne, Yvelines...), une façon de reproduire à grande échelle les rencontres de Paris Carnet qui verra sa 22e édition le 04 mai prochain. Avis aux amateurs...

Sur Paname Ensemble (quelqu'un peut-il me dire pourquoi on surnomme Paris, Paname ?), les blogueurs ont décidé de se réunir et de se recenser autour des plans de Métro, et de RER pour les blogueurs franciliens. Ces plans de Paris sont présentés comme des défis afin de voir si les blogueurs parisiens sont capables d'égaler leurs cousins citadins de New York et la carte nycbloggers.com. C'est aussi un jeu entre la blogosphère et la géographie physique de Paris, pour dessiner une cartographie des blogueurs à Paris et en Ile de France.

Une telle cartographie dépasse d'ailleurs la région parisienne puisque MediaTIC Blog nous fait découvrir cette plate-forme de blogs géolocalisés. On effectue un repérage des blogs dans des communes de France en les épinglant sur une carte géographique. Cependant je trouve que peu de blogs sont encore recensés...

En parlant de carte de métro, cela me fait penser qu'une telle carte est utilisée par le site MétroMéta pour nous proposer l'ensemble des normes relatives cette fois aux Sciences de l'Information, en développant notamment les acronymes et proposant une brève définition des différents Métas. L'ensemble est accessible via une carte au format SVG (zoom, déplacement, etc) et il faut pour la voir télécharger le plugin idoine ou un navigateur qui lit le SVG au départ. Sur le blog de l'Urfist, où j'ai découvert l'information, il est précisé qu'une version papier glacé grand format peut vous être envoyée gratuitement pour décorer utilement votre bureau ! ^_^

Les américains, côté cartes, conservent une longueur d'avance puisque grâce à Google Maps ils peuvent avoir jusqu'à des photos satellites des endroits recherchés. Olivier Ertzscheid de l'Urfist Toulouse nous raconte à ce propos qu'un blog a vu le jour qui récupère et conserve les images satellites les plus étonnantes, étranges, etc. "Au-delà du côté anecdotique et amusant de certaines photos," écrit Olivier, "ce site est la preuve que bien utilisé, le service satellite de google peut également devenir un formidable outil de vigilance citoyenne (exemple ici ou ), ou, à l'inverse, de "satellito-surveillance".

Et pourtant, on se souvient qu'il y a à peine deux mois, on s'extasiait devant Google Local, une version dessinée où il suffit de saisir une adresse pour tomber sur le plan avec toutes les possibilités de zoom traditionnelles, le service gérant les itinéraires et les services avoisinant. Ce service a d'ailleurs franchit les frontières des Etats-Unis pour conquérir notre voisin d'Outre-Manche. A quand la France ? L'idée à terme serait même de récupérer des vues satellites via Google Maps pour ensuite les "annoter" et les personaliser. Mais d'une manière plus générale, "l'avenir du web et plus particulièrement de la recherche d'information sur le web semble se jouer autour des techniques de géolocalisation" affirme toujours Olivier.

Je terminerai sur ce dérivé décrite par Nicolas Morin dans BiblioAcid : la Recherche cartographique. Le principe est simple : "il s'agit d'extraire tous les mots clés géographiques d'une base de données bibliographique, de les charger dans une autre base de données en les liant à des cartes pour permettre une recherche bibliographique géographique" rapporte Nicolas. Peter Binkley, le bibliothécaire à l'origine de ce projet, cite ici en exemple le projet http://www.ns-verbrechen.at/ qui permet de faire des recherches de ce type sur une base de données des évictions des juifs de la région de Vienne après l'Anschluss.

Et dire que nous nous extasions ma collègue et moi-même ce matin même sur les notices de résultats de la médiathèque de l'IRCAM qui proposaient, en plus des champs habituels, la localisation géographique plan de la médiathèque à l'appui des ouvrages et partitions recherchés. Nous nous demandions comment intégrer cela à notre catalogue Horizon...

Bon week-end à toutes et tous,

0 Commentaire-s :

Enregistrer un commentaire

rétroliens :

Créer un lien

<< Home